Radio Primitive

L'Égrégore durée : 59:12

Émission du 16/08/2021

À L’occasion d’une conférence donnée à Montréal peu après la publication de Surveiller et punir, en 1976, Michel Foucault avance l’idée que les sanctions «alternatives», loin de rompre avec l’emprisonnement, reviennent bien souvent à étendre les murs de la prison à toute la société.

En effet, le progressisme pénal semble aller de pair avec le développement des techniques de surveillance. Devant les transformations pénales, la bonne question est donc la suivante : font-elles décroître le contrôle social ou contribuent-elles à l’étendre et à le diffuser ? En une époque où le confinement et la surveillance ne concernent plus seulement les prisonniers, mais toute la population, la lecture rétrospective d’«Alternatives» à la prison suscite de nombreuses interrogations.

Nous avons demandé à Tony Ferri d’échanger sur cette nouvelle publication qui d’une manière prémonitoire dénonce les errances des gauches en mal de projet politique de rupture, qui ne proposent que d’étendre l’enfermement hors les murs.

L’actualité donne raison à Foucault, en constatant que les «peines alternatives» bien loin de faire reculer l’institution prison : 72 000 prisonniers aujourd’hui contre 35 000 quand il écrit, étend à l’infini la surveillance, le contrôle, l’enfermement domiciliaire : 180 000 personnes sous main de justice. C’est pourquoi nous les appellerons des «peines supplémentaires». Les nouvelles technologies, notamment le numérique, viennent permettre à l’œil d-e l’État de s’infiltrer partout, de réaliser si l’on n’y prend garde le panoptique parfait…

Des textes de Sylvain Lafleur, Tony Ferri et Anthony Amicelle viennent actualiser ces analyses. Un ouvrage dirigé par Sylvain Lafleur. «Alternatives » à la prison Michel Foucault Paru le 29 01 2021 /112 pages/14 euros.

 

classé dans :